Partage !


FOCUS SUR

Tous les mois, un idée et une personnalité mises en avant !

Samaúma

Le savon artisanal, bio et naturel

de

Laurent Dodeur

Avant de devenir artisan savonnier, Laurent était Sapeur-Pompier de Paris.
Il travaille en collaboration avec sa femme,
Lúcia, franco-brésilienne bercée par la prédominance de la nature au Brésil.
Leurs garanties ? Vegans, fabriqués en France, non testés sur les animaux, zéro déchet et respectueux de leur environnement, leurs savons ont tout de beau, bon et bio !

https://samauma.bio/

Quel a été ton parcours avant de créer Samaúma?

Le duo qui forme Samaúma s’est enrichi des expériences professionnelles passées.
Laurent après s’être engagé dans le cercle très select des pompiers de Paris a souhaité entreprendre. La naissance de ses enfants et un départ dans les îles lui ont permis d’appréhender différemment la vie. Très manuel, il s’est mis à tout fabriquer, tout transformer afin d’avoir un maximum de maîtrise sur sa consommation et son impact.
Le parcours de Lúcia très atypique, née au Brésil elle est venue habiter en France à 8 ans. Après des études de droit, elle s’est installée au pays. Elle a travaillé avec des grandes entreprises qui souhaitaient s’implanter au Brésil ou en France et a vu l’envers du décor, des pratiques peu scrupuleuses en matière de fabrication de produit et d’autorisation de mise sur le marché. Très curieuse de nature, elle s’investit facilement d’un sujet jusqu’à le maitriser complètement.

Quel a été le déclic?

Une opportunité professionnelle nous a conduit hors de l’hexagone. Les Antilles ont été inspiratrices pour le changement de notre mode de vie en diminuant notre impact global sur la nature.
Faire un maximum de choses par nous-mêmes a été notre objectif pour avoir un minimum d’impact sur l’environnement.
Une question s’est posée en retour : quels sont ces matières premières que nous utilisons, d’où proviennent-elles ? Comment sont-elles réellement fabriquées et par qui ?
Ce n’est pas le tout de faire des produits maisons composés de matières premières mises sur le marché avec l’étiquette « naturel, bio, … ».
Nous nous sommes intéressés de près à la composition des produits de base et également leurs procédés de fabrication jusqu’au chemin parcouru pour nous parvenir.
Aujourd’hui, tous les savons du commerce ou presque – même les bio – sont issus de « bondillons » (matières inertes détergentes préparées en industrie chimique). Ces savons sont souvent trop agressifs pour la peau et non biodégradables du fait des ajouts d’agent de blanchiment et autres intrants chimiques.
Commencer par la vente du savon a été une évidence. C’est un produit de consommation quotidienne (vieux de 5000 ans). Il touche tous les foyers autant les petits que les adultes.
Sensibiliser un maximum de personnes sur les ingrédients quenos savons contiennent, c’est également les sensibiliser à ce qu’ils peuvent trouver dans d’autres produits et savons.

Pourquoi avoir appelé ton projet Samaúma ?

La Samaúma est arbre gigantesque d’Amazonie qui peut atteindre jusqu’à 90m de hauteur et ses racines s’enfoncent jusqu’aux nappes phréatiques et à plus de 300 m de profondeur.
Il puise l’eau pour les redistribuer à la surface assurant ainsi un rôle central au niveau de l’écosystème de la forêt.
Pour les indiens d’Amérique, cet « arbre de vie » fait le lien entre nature et culture puisqu’il incarne le symbole incontournable de l’équilibre écologique et du rapport des hommes à la nature.
Les Amérindiens ont dans leur culture le besoin d’être en lien. Tout est en perpétuel mouvement tel le cycle de la vie car ce qui meurt d’un côté renaît de l’autre. Les éléments de la nature font également partie de ce cycle.
Nous souhaitons grâce à notre entreprise, ses valeurs, son éthique et ses actions permettre de revenir aux essentiels et de faire le lien.

Quel est en 3 mots l’identité de ta marque?

Je ne pense pas pouvoir trouver 3 mots pour résumer la marque. Je dirais que Samaúma est une manière de vivre et de voir la vie.
Certains adages/expressions entrent en résonnance avec Samaúma :
Une expression connue : « Il en faut peu pour être heureux » de Baloo dans le livre de la jungle. Cette expression nous anime chaque jour.
La lutte des quebradeiras(femmes de la région du Cerrado qui cassent les noix de coco-babaçu)a un impact certain sur notre avenir. Ici, en France, et partout dans le monde, nous entendons que l’Amazonie est le poumon de la terre.
Les quebradeiras sont l’ultime rempart entre la forêt et l’agro-industrie. Elle en font tellement avec tellement peu.
« L’arbre qui cache la forêt » : Voir l’ensemble au lieu de se fixer sur un détail, être plus objectif. Ne pas voir que le savon mais ce qu’il représente dans son ensemble, des collaborations.
« Le courage est d’aller à l’idéal tout en comprenant le réel » Jean Jaurès.
Le combat des quebradeiras, des producteurs avec qui l’on travaille est également notre combat. La force de conviction, l’endurance et l’investissement en temps ont permis d’arriver là où nous sommes aujourd’hui.
Échanger, rechercher les producteurs, comprendre leur manière de produire, leurs difficultés, toutes ces heures passées pour obtenir au final un produit qui, pour nous, est précieux.
« Les petites actions font les grands changements » L’essentiel est de maintenir le lien.

Quelles valeurs défends-tu ?

La transparence, le partage et la collaboration.
Être présent au quotidien avec un produit de qualité et sans conséquence néfaste pour l’environnement et surtout faire passer des histoires vraies et sensibiliser le public à la réflexion. Nous croyons que l’on peut prospérer et croître dans le respect de chacun et surtout de la nature. Un produit simple pour des actions simples, mais tellement précieuses pour tous !
Je vous invite à aller voir notre charte sur le site internet : https://samauma.bio/notre-manifeste/

Quels sont tes engagements écologiques ?

Le savon saponifié à froid (SAF) est plus qu’un produit lavant. Bien qu’il soit banalisé et fasse partie de notre quotidien et de notre culture, nous devons le replacer, telle l’alimentation, au cœur de nos préoccupations sanitaires et environnementales.
La fabrication de nos savons a été pensée de manière à rentrer dans une démarche de production raisonnée qui nécessite qu’une très faible énergie. Le savon SAF ne produit aucun déchet ni lors de sa fabrication ni lors de son utilisation. C’est, de plus, un produit économique puisqu’il dure plus longtemps dans son utilisation qu’un gel douche ou un savon solide industriel.
Nos formules sont élaborées à partir de matières premières sélectionnées en fonction de leur mode de production. Nous attachons une grande importance à la vision portée par nos partenaires. Ils sont des producteurs impliqués dans la protection de l’environnement avec l’envie de changer les mauvaises habitudes de consommation.
Par ces choix, nous valorisons une économie circulaire pérenne et offrons une valeur ajoutée aux consommateurs.
En effet, intégrer le consommateur dans le circuit de vie de la savonnerie tel un des maillons essentiels est une des composantes de notre offre.

Quel est le processus pour devenir une marque écologique ?

Qu’est-ce qu’une marque écologique ? Je pense que le processus est très long et la remise en question est perpétuelle.
Il y aura toujours quelque chose à améliorer pour consommer moins d’eau, moins d’énergie et faire moins de trajet.

Quelles sont tes sources d’inspiration pour la création de tes produits?

La nature offre, nous avons la chance de pouvoir la contempler et la cueillir. Je dirais qu’elle est la plus belle source d’inspiration.

Comment choisis-tu les ingrédients que tu proposes?

Le choix des matières premières a fait l’objet de longs mois de réflexion. Étudier, réfléchir sur une formulation adéquate qui correspondrait à un maximum de peaux.
Il a été également question d’offrir un maximum de sensations au cours de son utilisation.
Au-delà de la performance et des bénéfices de nos savons, il était normal de continuer le travail de recherche autour de leur sensorialité et leur texture.
Un savon qui mousse est un savon qui lave dans les habitudes de consommation. C’est pourquoi, la sélection des huiles et des autres ingrédients a été minutieusement réfléchie afin de permettre l’éveil des sens.
Nos savons sont tous à base d’huiles végétales et leur choix est fortement influencé par leurs modes de production. Pour s’assurer de leurs qualités, nous avons sélectionné des huiles vierges extras, obtenues par pression à froid et d’origine biologique chez des producteurs que nous avons personnellement rencontrés.
La formule développée uniquement à base d’huile végétale vierge permet un lavage du corps très doux tout en laissant un film lipidique protégeant ainsi votre peau des agressions extérieures. Le surgras en beurre de Babassu confère au savon des vertus émollientes, antioxydantes et hydratantes.
Cette douceur est retrouvée dans tous nos savons et elle est agrémentée en fonction de la « personnalité » de chaque savon par d’autres ingrédients végétaux.
Le choix de ne pas mettre de minéraux tels les micas ou l’argile est une contrainte que nous nous sommes fixés compte tenu de la présence de métaux lourds en petite quantité dans leur composition.
La gamme « Origine » se compose de 8 savons/8 personnalités différentes.

Comment expliques-tu le retour de la part des consommateurs vers des produits plus sains et naturels ?

Les consommateurs sont rentrés, récemment, dans la tendance réduction des déchets dans la salle de bain, de commerce de proximité, d’envie de transparence et de matières premières naturelles tout ça dans une quête de sens.
La prise de conscience du « zéro déchet » s’amplifie et deviendra la règle numéro 1 dans quelques années. Il est important de réduire notre impact en limitant au maximum la production de déchets.
La disparition de nos ressources naturelles et le mauvais état de la planète Terre est une évidence.
Si les déchets des ménages sont les plus médiatisés, ce sont les déchets des activités économiques qui en France sont responsable de 92% de ces derniers. Encore aujourd’hui, de nombreux déchets sont absorbés par la terre.

Quel est le produit phare?

Nos 3 meilleures ventes sont le Element (savon sans HE), le Beleza (plutôt féminin) et le Falcão (tonique).
En quelques mots, comment fabrique-t-on un savon ?
Je dirais que le savon se fabrique comme une pâtisserie.
Si on met trop de ci ou trop de ça, le risque est de le rater : qu’il soit astringent, trop caustique ou trop mou.
Des années de tests pour dompter les matières premières. Elles sont toutes végétales et donc vivantes. Les travailler demande beaucoup d’observation et de savoir-faire.

En quelques mots, comment fabrique-t-on un savon ?

Je dirais que le savon se fabrique comme une pâtisserie.
Si on met trop de ci ou trop de ça, le risque est de le rater : qu’il soit astringent, trop caustique ou trop mou.
Des années de tests pour dompter les matières premières. Elles sont toutes végétales et donc vivantes. Les travailler demande beaucoup d’observation et de savoir-faire.

Un conseil pour nos lecteurs(trices) : que faire avec des petits bouts de savon qui nous restent ?

Ne jetez pas vos bouts de savons car ils valent de l’or !
Mettez-les dans un filet à chutes de savon ou utilisez-les pour parfumer votre linge.
Vous trouverez d’autres conseils sur notre blog pour les petits bouts de savons : https://samauma.bio/petits-bouts-de-savon-que-faire-de-tes-restes/

Des projets en 2022 pour Samaúma ?

Notre objectif en 2022 est d’augmenter notre rayonnement en France au travers de nos revendeurs et de mettre en vente notre baume à l’huile d’amande de Babassu.


ABONNE-TOI

Ne loupe rien de mes newsletter !
Quelque chose à me dire, à me demander ? N’hésite pas à m’envoyer un email à myriam@enequilibre.fr


Partage !